Guinée/Affaires Bolloré : Hamana soutient Vincent Bolloré

0
159

La Fédération Nationale des Investisseurs de Guinée a animé une conférence de presse ce lundi 30 avril 2018 à la maison de la presse de Coleah. L’objectif de cette conférence visait à faire une comparaison de la situation de la gestion du port autonome de Conakry avant et pendant Bolloré.
Lors de cette conférence de presse, il était question pour la fédération de témoigner de son soutien à l’homme d’affaires à qui elle attribue un changement positif de l’aspect du Port Autonome de Conakry. Elle s’abstient de faire un jugement sur l’authenticité du contrat de concession du Port Autonome de Conakry, ou de vérifier s’il y’a bien eu corruption,mais veut tout de même indiquer les différentes démarches qu’elle avait entrepris auprès des autorités pour la reconstruction du port depuis les différentes magistratures du Feu Général Lansana Conté, le capitaine Moussa Dadis Camara, le Général Sekouba Konaté et le président Alpha Condé.

Selon Mohamed Kourouma Hamana, avant Bolloré, ces souffrances endurées par les opérateurs économiques qui se repercutaient sur sur le consommateur guinéen avaient atteint un seuil intolérable. « le port autonome de Conakry ne disposait que d’un seul quai. Les bateaux conventionnels et les bateaux à conteneurs dechargeaient, tandis que dans d’autres pays, les quais sont séparés avec les conteneurs à part et les vracs à part. Cette situation entraînait des surestaries et les commerçants et consommateurs perdaient environ 80 à 90 millions de dollars par an. Pour exemple, dans une partie des clauses du contrat avec l’armateur, il est dit que la cadence du déchargement est de 1500 tonnes par jour, soit 30.000 sacs. Pour un bateau de 30.000 tonnes qui doit être déchargé au bout de 20 jours, à cause du fait qu’il n’y a qu’un seul quai, le bateau mettra 70 à 80 jours pour être déchargé. Or, la surestarie d’un bateau étant de 25 à 30.000 dollars par jour, pour un bateau de 20.000 tonnes dont on paie 1.000.000 de dollars de surestarie, faute de quai, cette somme s’ajoute automatiquement au prix de revient de la marchandise. Au final, c’est le commerçant et le consommateur qui paient la surestarie» souligne Mohamed Kourouma Hamana qui ajoute qu’à chaque déchargement du bateau, était enregistré un manquant de 800 à 1000 tonnes, soit une valeur de 500.000 dollars « quand les chauffeurs chargent les camions pour la ville afin de décharger dans les magasins, ils font le sondage en soupirant 8 à 10 kg dans un seul sac. Au lieu de 50 kg, on se retrouve avec 40 kg par sac. Le consommateur achète son sac de 50 kg et se retrouve avec 40 kg pour cause de sondage occasionné par les chauffeurs. Quelques soient les mesures preconisées, les chauffeurs de ces camions feront le sondage. Quand un chauffeur charge 800 sacs soit 40 tonnes, il retire 10 kg par sac et cela lui fait 160 sacs de 50 kg en dehors du prix de son transport. À la revente, en raison de 260.000 fg par sac, il gagne 41.00.000 fg. Avec cette somme, il pouvait corrompre tout le monde. Pour l’assurance marchandise, quand d’autres pays paient 50%, la Guinée paie les 100%» déplore t’il.
Pour le PDG de Hamana SA, grâce à Bolloré, «le Port Autonome de Conakry dispose d’un parc à conteneur où les surestaries des bateaux en vrac et les bateaux en conteneurs sont solutionnées à près de 70 à 80% et les bateaux déchargent avec une cadence moyenne de 1500 à 2.000 tonnes par jour. Les sacs sont sécurisés, au lieu de se retrouver avec 40 kg, on a les 50 kg. Le sondage est éliminé et les commerçants et les consommateurs ne sont plus victimes de vol» a fait remarquer le PDG de Hamana SA.
Pour terminer, Mohamed Kourouma Hamada, n’a pas manqué d’affirmer son soutien à l’homme d’affaires Vincent Bolloré qui est actuellement en mis en examen.

kalenews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*