Grève des enseignants: Faya Milimono parle d’un ‘’drame’’ national

In Accueil, Société


La grève déclenchée dans l’enseignement scolaire par le SLECG continue de faire tache d’huile dans d’autres secteurs en dépit de celui de l’éducation surtout à Conakry et environnants. Une triste réalité qui transforme, par endroit, des rues de la capitale en des scènes de manifestations de colère des élèves.

Pour le président du Bloc Libéral (BL), les élèves sont des victimes dans cette situation. Faya Milimono pense que cette grève à un impact négatif sur la formation des élèves. « Les premières victimes de cette grève ce sont nos enfants qui devraient être en classe en train d’apprendre. Mais puisqu’il n’y pas d’enseignants dans les écoles, ils ne peuvent pas apprendre. C’est ce qu’il faut retenir du drame qui est en train de se jouer. Peu importe qui l’emportera à la fin entre pouvoir et syndicalistes », dit-il.

Par ailleurs, le président du bloc libéral demande au gouvernement de négocier avec le SLECG. Pour Faya Milimono, cela permettra aux élèves de reprendre les cours normalement afin de bien préparer les différents examens. Avant de souligner que : « Si le gouvernement se souci pour une fois de l’avenir de nos enfants, il doit offrir des négociations honnêtes autour de la question afin d’amener le calme dans nos écoles. Ceci pour permettre aux enfants de reprendre le chemin de l’école ».
Sinon, prévient-t-il, « Si on pense qu’avec la ruse on va amener les enseignants à revenir en classe parce que personne n’a une économie de plus de quinze (15) jours en Guinée, et donc, quand ils n’auront plus rien dans les poches, ils seront obligés de revenir en classe, ce n’est pas la formule de résoudre ce problème », estime le président du bloc Libéral (BL).

BARRY Mohamed

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE