Grève des banques : le dialogue de sourds entre syndicat et patronat pénalise les pauvres clients

In Accueil, Société

Malgré des discussions engagées, les banques restent toujours fermées à Conakry. Ceux suite à un mot d’ordre de grève lancé par le syndicat des banques qui réclamait au début une augmentation de 22,97% du point indiciaire, avant d’insister que la dernière offre acceptable est de 10%.
Pendant que les discussions entre le syndicat et le patronat des banques buttent sur un dialogue de sourds, les usagers des banques sont sevrés d’attendre leurs salaires. Surtout en cette période de fin de mois qui coïncide au début du mois saint de ramadan. A Conakry, cette grève des banques pénalise aujourd’hui de nombreux fonctionnaires.
Ces employés virés et d’autres clients de ces banques s’en lâche et fustigent l’indifférence des autorités. « C’est dommage, dans un pays normal, il est impossible de vivre de telle chose. C’est une violation de nos droit le faite de nous réfugiés d’être en possessions de notre argent. L’Etat doit prendre ses responsabilités », nous confie en substance Ismael Camara, fonctionnaire au ministère de la jeunesse.
Pour cette mère de famille, même si les motifs de la grève peuvent être justifiés, mais le temps est mal choisi, « C’est comme si ceux qui travaillent dans ces banques ne sont les guinéens. On ne doit pas grever à quelques jours du mois de ramadan. Car si la grève est autorisée, nous aussi nous avons des droits. Ce sont ces droits qui sont bafouillés par cette grève aujourd’hui », fait-elle savoir.
Cet autre citoyen face à cette grève trouve une solution toute simple, « on nous encourage de mettre notre argent à la banque pour faire tourner l’économie du pays. Mais avec les conséquences de cette grève, la solution, c’est de garder l’argent à la maison. Là au moins tu utilises ton argent quand tu veux » explique Ousmane Diallo, commerçant de son état.
Pourtant ce jour férié d’hier pour certains clients devrait être une occasion pour sortir de cette crise. Mais pour l’instant les lignes ne semblent pas bougées. Car syndicat et patronat des banques ont du mal à s’entendre pour aplanir leurs divergences.
Nous y reviendrons !
Med Yrrab
+224 624 395 784
kalenewsorg@gmail.com

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE