Gouvernance : Ismael Dioubaté et les 100 jours au ministère du budget

0
99

Certes, il est assez tôt de décerner un satisfecit de grand mérite à l’homme mais il serait incompréhensible de ne pas reconnaître aussi son  mérite.

 

Dès sa nomination, Ismael Dioubaté est parti  tôt en guerre contre des Directeurs Administratifs et Financiers (DAF) ‘’intouchables’’ car ces derniers ont été  obligés au respect de la rigueur administrative avec, bien sûr,   la décision de permutation des DAF et l’interdiction formelle faite à tous les directeurs de régies financières de parrainer des manifestations politiques ou sociales. La dématérialisation des payants par chèques pour les impôts et taxes afin de privilégier les virements bancaires pour lutter contre toute tentative de fraude. La mise en place de trois ponts bascules au niveau de trois postes frontaliers du pays dont Kourémali.

Autres résultats non les moindre :

La mise au travail des cadres de l’administration financière ; le respect du calendrier budgétaire lié au cadre législatif du débat d’orientation budgétaire ; le séminaire gouvernemental sur les mécanismes de préparation du budget au mois d’août dernier. Ce qui a permis à bon nombre de ministres de s’approprier des mécanismes de préparation, élaboration et exécution du budget sectoriel ; l’innovation dans les mécanismes de recouvrement des recettes  (vignettes) avec l’accompagnement de toutes les banques primaires sans discrimination ; l’accélération de l’attribution du marché pour le guichet unique sur le commerce extérieur  après la passation du marché par son prédécesseur.

En 3 mois de  fonction, le ministre du budget et son cabinet sont parvenus à :

-Réaliser l’interconnexion entre les régies financières elles-mêmes et entre ces régies avec la banque centrale  (douane, impôts et banque centrale) ;

–         Développer un site web mis à la disposition des citoyens pour pouvoir dénoncer tout cas de fraudes ;

–         Renforcement les capacités des ordonnateurs des dépenses sectorielles  (ministres) et les DAF dans l’utilisation d’un plan DAF qui permet  d’accéder à distance avec la fibre optique à la chaîne de dépenses. Car les DAF ne sont plus obligés de venir faire la queue à la salle informatique du ministère du budget.

Ce qui, aux yeux de bon nombre d’observateurs,  est une grande innovation.

Habib Marouane Camara pour Kalenews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*