Forces Sociales de Guinée: Ahmed de Paris répond à ceux qui l’accusent de taupe

0
230

Accusé d’être taupe au sein des Forces Sociales, Ahmed de Paris  a tenu à expliquer à qui veut l’entendre les motivations de son arrivée et de son départ dans ce mouvement social crée par des activistes de la société civile pour un premier temps protester contre la hausse du prix du carburant en Guinée. C’était dans l’émission Africa 2015 sur Nostalgie-Guinée.

« On s’est tous réveillés un jour, on a vu que le prix du carburant était à 10 000 francs. Dons je défie qui que soit  qui va me dire qu’il n’a pas été indigné par cette augmentation en tant que citoyen guinéen. Aujourd’hui, on parle de taupe mais je tiens à rappeler d’ailleurs que lors de ma première réunion à l’assemblée générale  des Forces Sociales, j’ai tenu à dire que je suis Ahmed. Voila  pour ceux qui ne savent pas, mon père est conseiller politique à la primature. Je connais très bien M. Kassory,     je connais très bien le Président de la république, la première dame mais avant tout je suis citoyen guinéen. Donc, ce qui se passe aujourd’hui ça me touche au plus  profond. Donc, j’ai été clair avec des gens. Déjà la plupart sait qui est Ahmed.  Donc,  il ne faudrait pas qu’on me traite de taupe parce que pour moi une taupe c’est un espion, c’est quelqu’un qui n’a pas une identité découverte, c’est-à-dire une personne qui part en cachette, qui essaie d’en dormir la troupe. Mais ce n’était pas mon cas. 

Même lorsque le PM m’a appelé pour me rencontrer, pour m’expliquer puisque c’est normal il me connait, il m’a vu sur des images, j’ai dit au PM avec tout le respect que je lui doit que je suis dans un mouvement. Donc il faudrait que je passe l’information à mes collègues voir si on peut ensemble rencontrer. Et c’est ce qui fut fait. J’ai d’bord tenu Elie Kamano au courant, en première position, après Foniké Mènguè, j’ai tenu informé la plupart des éléments des Forces Sociales. C’est-à-dire ce n’est pas une décision qui  a été prise par moi-même d’accepter d’aller rencontrer le premier ministre. C’était une décision collégiale ». Elie, Sylla et moi sommes allés rencontrer le PM. Ce jour, il a nous a fait un exposé de plus d’une heure (….) alors on lui d’en faire autant devant les responsables de Forces Sociales et il donné son accord de principe.

On a fait le compte rendu. Ce jour là c’était houleux, très houleux. Je me souviens quand M. Sanoh  est venu, justement c’est ce qui m’a dérangé dans les Forces Sociales. Pour moi, c’était un mouvement social. C’est-à-dire que nous sommes des citoyens, nous venons, nous nous donnons des idées mais j’ai compris que c’est un mouvement où certains ont envie de s’affirmer, certains en ont fait un petit héritage. M. Sanoh déjà  donnait des ordres. Et moi je n’ai pas trouvé ça normal (…).

Je suis parti seul de ce mouvement. Je n’ai démobilisé personne. Je ne sais pas pourquoi on en fait un tintamarre ».

LINCOLN 624901737

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*