Fière de pratiquer le métier de soudure, Ousmane Soyo Diop invite les femmes à être autonome

In Accueil, Femme

Ousmane Soyo Diop est une dame qui fait la soudure dans un atelier au quartier Cosa dans la commune de Ratoma. Depuis 2013, cette jeune dame a fait sa formation au Centre de Formation Professionnelle (CFP) de N’Zérékoré.

Depuis l’enfance, elle a aimé ce métier : « j’ai aimé ce métier, car mon papa était soudeur. Depuis l’enfance je m’approchais de lui à l’atelier, j’ai eu le courage de m’intéresser à ça. Mais mon père m’a dit que ce travail est réservé aux hommes, car il faut avoir une force physique, mais je lui ai dit que je peux le faire, toute chose c’est la technique. Finalement il m’a apprécié, et me donnait le travail comme les hommes. » Explique-t-elle.

Dans sa tenue de travail tachetée de peinture, Ousmane Soyo Diop s’active avec professionnalisme dans ce métier, cependant, le manque d’équipement est l’une de ses nombreuses difficultés rencontrées sur le terrain.

« Dès fois j’ai des maux d’yeux, car je n’utilise pas les lunettes et les casques qu’il faut pour la soudure. Je pensais que quand je viens à Conakry, j’aurais le matériel mais malheureusement, il n’y en pas. »

Dans quelques mois, cette jeune dame convolera en justes noces avec l’élu de son cœur qui l’accepte dans ce métier nous confie-t-elle.

« Mon futur mari m’a vu dans ce métier, finalement il m’a dit qu’il m’accepte avec mon travail, qu’il peut m’aider à avancer dans mon travail ».

Mis à part la soudure, Ousmane Soyo Diallo fait aussi le petit commerce, elle revend des pagnes traditionnels ‘’Foret sacré’’ et l’huile rouge qu’elle achète dans la région de N’Zérékoré. Elle invite toutes les femmes à faire du sérieux dans la recherche de l’emploie.

« Je demanderais aux femmes d’avoir le courage et le cœur, se dire rien n’est impossible, tout ce que les hommes peuvent pratiquer comme travail la femme aussi peut le faire, il suffit de se donner à fond dans le métier. En cherchant un emploi, elle ne doit pas se donner aux hommes, c’est pourquoi le plus souvent certains hommes refusent que leur femme travaille. »

Elle lance aussi un appel aux hommes d’accepter que leur femme travaille car, estime-t-elle, il faut s’entraider et promouvoir l’autonomisation de la femme dans le pays.

Hassatou Lamarana Bah

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE