Fermeture des radios: « La presse doit donner le bon exemple en matière du respect de la loi »

0
447


L’opération de fermeture des radios privées redevables à l’Etat est perçue par certains comme étant l’exécution de la menace faite par le président Alpha Condé aux médias. Brisant le silence sur cette actualité brulante, Moustapha Mamy Diaby, ministre des postes et télécommunication et de l’économie numérique, estime qu’il s’agit là d’une procédure normale pour exiger aux promoteurs de radios le respect de la loi.
Avant de planter le décor du tableau des redevances que les radios privées doivent à l’Eta guinéen, dans une sortie médiatique, Moustapha Mamy Diaby, ministre des postes et télécommunication et de l’économie numérique, évoque le principe sur lequel se base cette opération de fermeture des radios redevables à l’Etat.
Il explique : « Quand nous sommes dans un Etat de droit, c’est la force de la loi et non la loi de la force qui doit être de mise. Le secteur de télécommunication et de l’économie numérique dans lequel se trouve le sous secteur de l’audiovisuel est en cadré par un certains nombres de lois. Avant d’être promoteur de radio en Guinée, vous devez avoir l’autorisation de la HAC, d’une licence d’autorisation de fréquence, avec une norme administrative liée au paiement d’une redevance ».
Mais, dit-il, « La plupart de ces radios privées refusent de respecter le caractère technique et les obligations liées au paiement des redevances. Malgré plusieurs interpellations, ces promoteurs de radios refusent de s’acquitter de leurs redevances. Et c’est pourquoi l’Etat, à un moment donné, décide de prendre ses responsables pour faire respecter la loi ».
Pour terminer, le ministre Mamy Diaby rassure les promoteurs de radios en ces termes : « Tout ce que nous faisons dans ce sens, nous le faisons dans le respect stricte de la loi ». Car, précise-t-il, « Si la presse se veut être un lanceur d’alerte, je pense que la presse doit donner le bon exemple. En étant le premier à respecter la loi », tranche Moustapha Mamy Diaby.

Mohamed Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*