Violences électorales en Guinée: Les jeunes qui ont fui à la gendarmerie activement recherchés

0
997

Comme nous vous le disions dans nos précédents articles, le retour jeudi 08 octobre dernier à Conakry du principal leader de l’opposition guinéenne a été émaillé de violences. Des violences enregistrées sur l’autoroute Fidel Castro précisément à la Casse de Kenien. Ces affrontements entre militants de Cellou Dalein Diallo et des contre militants acquis au pouvoir, se sont soldés par un mort, des blessés graves et plusieurs arrestations. Certaines familles sont toujours sans nouvelles de leurs enfants arrêtés par les forces de l’ordre.

D’autres par contre, ont pu s’échapper, c’est le cas du jeune Mamadou Alimou Barry dont le frère avait témoigné dans notre précédent article. Notre rédaction a pu le joindre ce mardi. Selon cet élève, ils ont été torturés par les forces de l’ordre:  » Quand les gendarmes nous ont arrêtés à la Casse, ils nous ont jetés dans leur véhicules et en cours de route ils nous piétinaient avec leur chaussures en nous insultant espèce de maudits c’est vous qui perturber les paisibles citoyens. Vous êtes des simples badauds comme votre Cellou Dalein. Vous n’êtes pas des militants mais, on va tous vous tuer… Et ils nous donnaient des coups de matraques sur la tête, au dos, sur les épaules jusqu’à ce qu’on est arrivé au PM3 de Matam. Une fois dans la cour, ils nous ont débarqués, menottés, regroupés et enfermés. J’étais avec trois de mes amis de quartier dont un était gravement blessé à la tête. Nous avons demandé à ce qu’on l’amène à l’hôpital mais, les gendarmes nous ont crié dessus. Ainsi, nous sommes resté enfermer là-bas jusqu’à 00h, heure à laquelle un jeune a demandé au garde de lui trouver de l’eau sinon, il allait mourir de soif, le monsieur ne l’avait même pas regarder. C’est aux environs de 2h du matin alors que tout le monde dormait même les gardes qu’un ami m’a sifflé à l’oreille de tenter de s’échapper sinon, ils vont nous déférer le lendemain à la maison centrale de Kaloum. Et c’est ce qu’on a fait… » relate notre interlocuteur qui soupira au bout du fil.

A la question de savoir comment ils ont réussi à s’évader, Mamadou Alimou répond:  » Jusqu’à présent je me demande comment nous avons réussi à s’échapper… Je dirai tout simplement que c’est un miracle de Dieu que je me réserve de relater ici. Seulement, nous trois, sommes sains et saufs mais, je crains pour les autres jeunes qu’on a laissé là-bas. » Nous confie t-il.

Il faut rappeler que le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo rentrait d’une tournée de campagne électorale qui l’avait conduit dans les 33 préfectures de la Guinée. Et ce, en prélude à l’élection présidentielle de ce 11 octobre 2015.

Aux dernières nouvelles, ces jeunes qui ont fui la gendarmerie de Matam sont actuellement recherchés. Et les autres croupissent toujours en prison en attendant leur jugement. Ils risqueraient des peines lourdes les autorités que nous avons jointes.

 

Mariame

+224 656 079 282

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*