Elections communales : Les femmes parlementaires engagées dans la représentativité des femmes

In Accueil, Politique

Le Forum des Femmes Parlementaires de Guinée (FOFPAG) a entamé ce jeudi, 2 novembre à Conakry une campagne de plaidoyer pour une meilleure représentativité des femmes dans les prochaines élections communales. En synergie avec les organisations de la société civile féminine, les femmes parlementaires sillonneront les différents partis politiques et institutions pour lancer cet appel aux leaders d’opinion.

En Guinée, sur les 114 députés au parlement, il n’y a que 25 femmes, 5 sur les 25 commissaires à la CENI, 5 dans les 33 préfectures et 7 femmes seulement sont Présidentes des délégations spéciales.
Ces chiffres montrent la faible représentativité des femmes dans les instances de prises de décision. Un constat qui a incité le Forum des Femmes Parlementaires de Guinée (FOFPAG) à lancer un plaidoyer en vue d’une meilleure représentativité des femmes dans les prochaines consultations électorales.
Avec un appui financier et technique de l’ONU Femme de l’Assemblée Nationale, le FOFPAG travaille en étroite collaboration avec les organisations de la société civile féminine qui ont constitué des commissions pour rencontrer des institutions nationales et internationales ainsi que des partis politiques pour que leur appel soit entendu.
Pour cette première journée, la 4ème commission a rencontré les membres du Conseil National des Organisations de la Société Civile CNOCS. « Nous souhaiterons après les élections communales, avoir plus de femmes maires, cheffes de quartier, conseillères communales et voir même plus de femmes au sein des conseils régionaux. Nous encourageons également les filles à s’impliquer, car elles sont là pour prendre la relève », a dit Honorable Zalikatou Diallo.

Pour que ce rêve devienne une réalité, ces dames continueront inlassablement à faire des campagnes de sensibilisations. Elles invitent également les femmes de se former. « Nous les encourageons à se former et maintenir les filles à l’école. Quand elles ont un cursus universitaire normal, elles pourront être en compétition valablement sur l’échiquier politique. Et qu’elles comprennent qu’elles sont à la fois électrices et éligibles » lance-t-elle.
Le vice-président du CNOSCG estime que les femmes ont plus de chance à remporter ces élections. Pour Boubacar Biro Barry, la supériorité numérique des femmes sur les hommes en Guinée est un avantage non négligeable.
Cette campagne se poursuivra jusqu’au 9 novembre prochain.

Hassatou Lamarana Bah

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE