Education : Le comité national des jeunes du SLECG tente de désamorcer la grève du 12 février

0
417

Après une conférence de presse initiée par le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation sur la crise qui sévit actuellement le système éducatif guinéen notamment le préavis de grève du camp d’Aboubacar Soumah, c’est au tour du comité national des jeunes du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), d’être en tête-à-tête ce mardi, 6 février à Conakry avec les Hommes de Medias.

Cette rencontre vise à donner d’amples informations par rapport à la crise qui prévaut au sein de cette corporation. A l’entame, le Président de ce comité précise que le préavis de grève lancé par le camp d’Aboubacar Soumah pour le 12 février prochain est non fondé. « Ces individus agissent encore en violation flagrante des statuts et règlements qui régissent le fonctionnement de la structure dans laquelle ils se réclament à savoir le SLECG. Par ailleurs, des résultats positifs sont obtenus par l’inter-centrale CNTG-USTG à la suite des négociations tripartites  dont notamment le maintien de la valeur monétaire du point d’indice 1030 au lieu de 751 pour la santé et l’éducation et 977 pour tous les autres fonctionnaires, dont 10% seront payés à la fin de ce mois de février 2018 », rappelle Kalidou Diallo.

 

Abordant le congrès qui a élu Aboubacar soummah, nouveau patron du SLECG, Mme Diallo Kadiatou Bah, membre du bureau exécutif du SLECG, chargée des négociations, conflits et revendications, notifie que cette rencontre n’est pas légale. « Pour organiser un congrès, il faut informer à l’avance au moins deux mois.  Chose qui n’est pas faite. Le dernier congrès qu’on a eu c’est le 23 Novembre 2012, pour un mandat de 5 ans, on aurait dû organiser ce mois de décembre. Pourquoi ce n’est pas fait tout ce temps, car il faut laver le linge sale d’abord entre nous. Soyez rassurés qu’on va organiser dans un bref délai le congrès national du SLEGC », rassure-t-elle.

 

Pour désamorcer cet avis de grève prévu le 12 février prochain, le comité des jeunes du SLECG était à l’intérieur du pays pour sensibiliser les jeunes enseignants. « Nous avons donné beaucoup d’informations à la base, à l’intérieur du pays. Ces enseignants  étaient en manque ou insuffisance d’informations surtout les acquis qu’on a eu suite à des négociations de 2016 jusqu’à nos jours. Nous sommes rassurés que ces jeunes ont eu suffisamment d’informations et que nous allons travailler en synergie d’actions pour que le peuple de Guinée sente que le SLECG, la FSBE sont deux familles syndicales qui défendent les intérêts de leurs travailleurs », informe Mme Diallo.

 

Enfin, Mme Diallo Kadiatou Bah invite le camp d’Aboubacar Soumah à revenir à de meilleurs sentiments pour travailler ensemble. «  Nos camarades qui ont fait cette dissidence par incompréhension, nous espérons qu’ils vont venir vers nous pour qu’on continue la lutte syndicale », lance-t-elle.

 

Le comité  invite les enseignants, élèves et parents d’élèves à ne pas suivre le mot d’ordre de grève du 12 Février qui, selon les membres dudit comité, compromettrait l’avenir des enfants et de la nation.

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*