Education : Certains établissements de la capitale fin prêts pour les examens nationaux

In Accueil, Education

A quelques jours des examens nationaux, les établissements scolaires s’activent pour mettre tout à niveau afin que les candidats puissent entamer les épreuves dans de bonnes conditions. Votre quotidien électronique a sillonné quelques écoles de la capitale pour s’imprégner de la situation.

Ousmane Keïta, censeur au Lycée SEMYG2 : Cette année nous avons pour le SEMYG2 395 candidats et le SEMIG1 c’est dans l’ordre de 200 La gestion des candidats se fait en trois (3) phases ; la première phase c’est la réception, le test que nous appelons évaluation d’accueil. A cette phase, la direction peut se faire une idée des candidats qu’elle gère. La deuxième phase est celle de la préparation, de formation, il y’a deux niveaux notamment de 08h jusqu’à 14h sont enseignés les cours académiques, de 15h jusqu’à 17h ce sont les cours d’appoint qui sont des cours d’appui. Enfin, nous avons élaboré le stage intensif ou le semi internat qui doit commencer le 22 mai du lundi au samedi de 09h à 16h. Il consiste à amortir les différents programmes. Le semi internat est une période au cours de laquelle les professeurs reviennent sur tous les cours qui ont été enseignés. Les professeurs cherchent à s’informer sur les sujets qui ont été proposés au bac blancs dans les différentes communes qui sont susceptibles de venir au bac.

Ahmed Sékou Soumah, directeur général des établissements Billy écoles: A notre niveau ça se situe sur deux aspects ; nous présentons cette fois-ci des candidats, l’école est retenue comme centre. Nous avons des dispositions, nous venons même d’une réunion avec le ministre qui nous a donné des instructions fermes. Pour mon école, nous avons intensifié les révisions avec les enfants car il n’y a pas d’internat, nous prenons les enfants de 08h à 14h puis de 15h à 18h. Concernant le choix de l’école comme centre, il n’y a pas de regroupement autour des écoles. Une délégation de l’IRE vient même de quitter les lieux pour faire le constat notamment les toilettes, les salles de classes enfin l’environnement. Cette année, nous avons au collège 162, au lycée172 et au primaire 82 candidats.

Sidiki Kouyaté censeur au lycée Ahmed Sékou Touré : Par rapport aux examens nationaux, nous sommes presqu’à la fin des programmes à tous les niveaux dans les classes d’examen. Pour permettre aux candidats de faire des cours de remédiation, on a supprimé certaines matières qu’ils ne font pas au bac pour les faire remplacer par les matières de spécialité, une façon pour nous de revoir certains chapitres qui n’ont pas été compris. Ensuite, nous sommes sur la prise des photos, cette opération tend vers sa fin. Actuellement, nous sommes en train de préparer nos enfants psychologiquement car un enfant dans une classe d’examen souvent même s’il connait la réponse, il est perturbé, chaque matin on passe dans les classes pour les sensibiliser, à garder la sérénité. Etant un centre d’examen, nous avons pris certaines dispositions dans cet établissement ; nous avons réparé les tables bancs défectueux, ce matin il y’a une équipe technique de l’IRE qui était là pour voir l’état du local qui doit recevoir les candidats, ils étaient vraiment à l’aise. Cette année, nous présentons 911 candidats et les 80% se sont faits photographiés.

Pour la suppression des notes de cours au niveau du bac, les responsables de ces établissements ont unanimement apprécié cette initiative du ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation. Pour eux, cette stratégie permettra de différencier qui sont aptes à aller en classe supérieure.

Propos recueillis par Hassatou Lamarana Bah

+224 623 125 203

 

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE