Dossier 28 septembre: le pool d’avocats de Toumba Diakité demanderont la liberté provisoire de leur client dès la semaine prochaine

0
161

Ces hommes en robe noire étaient face à la presse ce jeudi 11 octobre à Conakry pour dénoncer certaines dysfonctionnements pour la tenue du procès concernant le massacre du 28 septembre 2009 au stade du même nom.
Dans un premier temps, Me Paul Yomba a précisé que la prise en charge de leur client est négligée. «Notre client souffre d’une hernie de la ligne blanche et il lui faut une intervention chirurgicale qui doit se faire à l’extérieur du pays. Il ne peut manger à sa faim. Il est obligé d’utiliser la bande pour attacher les intestins afin de dormir, il dort debout. Sa prise en charge est négligée» précise-t-il.
L’autre point qu’il a tenu à signaler c’est la procédure judiciaire. «Pour Toumba comme Dadis, l’instruction est reprise à zéro à l’article 198 du nouveau code pénal, selon le statut de Rome. Pourtant, ils doivent être jugés sous le régime de droit commun. Donc il y’a amalgame gymnastique judiciaire dans le seul but de planer l’épée d’Amoclès sur leur tête. Les témoins n’ont jamais été entendus. Les accusés étaient connus avant l’application du nouveau code pénal», indique maître Paul Yomba.
L’autre point qu’il a déploré c’est la mise en place d’un comité de pilotage de ce procès qu’il qualifie de facteur bloquant. Rappelant que les membres se sont réunis qu’une seule fois et pourtant 70 000 € sont prévus pour eux en terme d’accompagnement pour organiser ce procès. Pourquoi cette somme, alors qu’elle peut servir à rechercher des test ADN»
Arrêté il y a six mois de cela, pour l’avocat de Toumba, sa détention est est désormais arbitraire. «Il a fait 6 mois en prison et les parties devraient être convoquées 5 jours avant ces 6 mois. Un mandat de dépôt devrait être prolongé ou pas, sinon le libérer purement et simplement. Dès La semaine prochaine, nous allons Introduire une pocedure de réfèré pénal pour mise en liberté provisoire devant les instances supérieures» annonce-t-il.
Les avocats demandent à ce qu’il y’ait de magistrats qui défendent le droit dans ce procès. Ils s’engagent à défendre leur client pour ne pas qu’il soit traité de bourreau dans ce dossier.

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*