Dossier 28 septembre 2009 : « Les victimes ne peuvent plus continuer à attendre… »

0
188

L’annonce du report du procès du  massacre du 28 septembre continue de susciter des réactions  chez les  défenseurs des droits de l’homme. C’est le cas de Mme Asmaou Diallo, président l’Association des Parents et Victimes du 28 septembre (AVIPA).

Même si la justice guinéenne annonce la tenue du procès pour cette année 2018, la présidente de l’AVIPA reste confuse. Car dit-elle, « Même si on dit que le procès du massacre du 28 septembre s’offrira cette année mais pour l’instant nous n’avons aucune idée sur la date précise. De toutes les façons, il faut espérer que ce procès se tiendra en 2018».

Selon dame Asmaou Diallo, pour une crédibilité du procès, tous les acteurs impliqués dans ce massacre doivent être attendus. « Tous ce qui ont participé à la gestion du pays au gouvernement du CNDD doivent être attendus. C’est le cas de Sékouba Konaté qui n’est jusqu’à présent pas attendu », insiste la présidente de l’AVIPA.

Mme Asmaou Diallo, estime que si la Guinée n’est pas en mesure d’organiser ce procès pour des raisons qu’on ignore, en ce moment, précise-t-elle, « Il faut laisser la voie à la justice internationale de s’en charger. Parce que cette dernière a tous les moyens qu’il faut pour organiser un procès équitable ».

Poursuivant, elle indique que les victimes ne peuvent plus continuer à attendre. Surtout qu’elles sont pour la plupart toujours malades et  ne disposent d’aucune assistance de l’Etat.

Mohamed Barry +224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*