Cour constitutionnelle : « Le nouveau président va diriger l’institution pour l’intérêt supérieur de la république »

0
188

La page Kéléfa Sall à la tête de la cour constitutionnelle est désormais tournée. Le décret du président de la République a mis fin à la crise qui mine la plus haute instance juridique du pays depuis quelques semaines. Une décision d’Alpha Condé qui suscite des débats et l’opposition guinéenne n’entend pas accepter ce décret. Dans un entretien qu’il nous a accordé ce vendredi 5 octobre 2018, l’ancien député honorable Cheick Traoré souhaite que les guinéens fassent preuve de responsabilité.

Malgré les soutiens et manifestations pour dénoncer l’attitude des huit (8) conseillers frondeurs de l’institution, le chef de l’Etat a finalement confirmé Mohamed Lamine Bangoura à la tête de la cour constitutionnelle.
Depuis l’annonce de cette décision, la société civile et l’opposition continuent de dénoncer les démarches du président de la République, mais pour l’ancien député honorable Cheick Traoré, il faut éviter les débats de personne.
«Je crois que le décret du président met fin à la crise et la présidence de Kèlèfa Sall est rentrée dans l’histoire. Moi je n’aime pas parler de personne mais j’aime me reposer sur l’institution, Kèlèfa Sall est une personne physique. D’ailleurs ce n’est pas une première dans la sous région car le président du conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire a eu un problème avec ses pairs de l’institution. Pour ne pas que l’image du pays en paye les frais de la crise, il a purement et simplement démissionné, c’est pourquoi ça n’a pas fait d’écho. Il faut qu’on apprenne à respecter les institutions de la république » indique Cheick Traoré.

Cependant nombreux sont ceux qui doutent de la moralité des 8 (huit) frondeurs qui ont destitué Kèlèfa Sall. Ils sont accusés de prendre position en faveur du pourvoir d’Alpha Condé. Un avis que ne partage pas l’ancien député qui invite les guinéens à faire preuve de responsabilité.
« Il y a eu trois ans et quelques que M. Kèlèfa Sall est président de la cour constitutionnelle et M. Mohamed Lamine Bangoura était son vice président à la tête de l’institution durant toutes ces années je ne pense pas que c’est quelqu’un qui a la confiance des huit (8) conseillers. C’est ce discours des serines révisionnistes dont-on attribue à l’ancien président de la cour constitutionnelle n’est pas le discours de Kèlèfa Sall mais plutôt c’est le discours de tous les conseillers. M. Mohamed Lamine Bangoura va belle et bien dirigé cette institution pour l’intérêt supérieur de la république. A l’endroit des guinéens je demande à tout le monde de ne pas faire des grands hommes mais de construire des grandes institutions car la cour constitutionnelle est un acquis pour notre jeune démocratie et nous devons donner la force à l’institution tout en sortant dans ce débat de personne » fait remarquer l’ancien député.
Le nouveau président de la cour constitutionnelle prendra fonctionne le lundi prochain. Et l’opposition république quand à elle menace de battre le pavé dans les jours avenir pour dénoncer ce qu’elle appelle un ‘’coup de force de l’Etat’’.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*