Conakry/Justice : Des soutiens à Moussa Yéro Bah 

0
100

Les femmes activistes des droits de l’Homme  apportent leur soutien à Moussa Yéro Bah suite à sa condamnation le 3 janvier par le tribunal de première instance de Dixinn. La journaliste-activiste de droits des femmes  et des jeunes filles a été reconnue coupable dans une affaire de diffamation.  Les femmes défenseuses  à  travers une déclaration se disent choquées par cette décision de justice. 

 

« Notre pays a enregistré rien qu’en 2018  plusde 100 cas de viol dont deux viols collectifs suivis de meurtre à Mamou, alors que la Guinée peine encore à se doter d’une loi portant  protection des défenseurs des droits humains. Les femmes défenseurs des droits humains en Guinée ont appris avec consternation la condamnation de la dame Moussa Yero Bah par le tribunal de première instance de Dixinn, le 03 Janvier pour diffamation sur la personne de monsieur Mamadi Oury Baldé.

 

C’est un coup  dur pour nous activistes des droits de l’Homme qui nous battons au quotidien pour le mieux-être des populations guinéennes. Cette condamnation ne nous ébranle point.

Cependant, nous continuerons ce noble combat auprès des victimes de violence de tous genres. Condamnées ou pas, nous mènerons cette lutte sans jamais fléchir », a laissé entendre  Kadiatou Diallo en conférence de presse ce lundi.

. 

 

Par ailleurs, ces femmes défenseuses des droits de l’Homme ont  apporté des précisions sur l’intervention de Moussa Yero Bah dans cette affaire  avant de  lui réaffirmer leur soutien total. « Moussa Yero est intervenue dans ce dossier de Diaraye Bah en tant que journaliste pas en tant qu’activiste. Parce qu’il y’avait une jeune fille en détresse à la maison centrale qui avait besoin d’aide en grossesse avancée. Elle menait des démarches pour qu’elle obtienne une libération provisoire, pour qu’elle accouche son enfant dans les conditions requises. Parce que vous savez que la prison n’est pas un endroit appropriée  pour mettre un enfant au monde. Mais il se peut qu’au-delà de l’activiste, elle est journaliste,  des fois qu’elle  essaie de relater certains faits ou certains cas qu’elle rencontre dans son métier d’activiste. 

 

Donc aujourd’hui si on se dit défenseur des droits de l’Homme ou des droits de la femme, nous sommes des légalistes. Nous sommes là pour la soutenir. On respectera la décision de la justice peu importe ce qui se passe. Si la justice décide vraiment de condamner Moussa Yero,  nous serons à ses côtés  pour lui apporter un soutien moral et nous allons nous battre ensemble,  nous les activistes pour permettre à Moussa Yero de payer l’amende qui lui sera infligée », enchaine Halimatou Baldé au micro de Djènè Saoudia Kaba de la radio Nostalgie.

 

Kalil Camara (STG)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*