Conakry : des élèves protestent dans la rue !

0
906

C’est dans la rue que les élèves ont protesté contre le manque d’enseignants dans les établissements scolaires à Conakry.  La reprise annoncée des cours n’a pas été effective ce lundi 13 février. C’est du moins le constat fait dans plusieurs écoles de la capitale par notre reporter. 

A l’image du lycée Kipé où les élèves sont venus tôt le matin, ils ont été sommés de rentrer à la maison, faute d’enseignants. Sur le chemin du retour, en colère, des élèves ont protesté dans la rue avec des jets de pierres. Et ont barricadé la circulation avant de rejoindre leurs domiciles.

A Yimbaya, dans la commune de Matoto, des affrontements ont été signalés entre les agents de la sécurité et les jeunes élèves qui ont décidé de barricader la route pour exiger la présence des enseignants. Une manifestation colorée par des jets de pierres contre du gaz lacrymogène.

Dans une tentative de négociation, les agents de la gendarmerie ne sont pas parvenus à  calmer des jeunes en colère, s’en est suivi des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre.

Malgré l’impact considérable sur la formation des enfants, ces mouvements de protestation des élèves sont loin d’être terminés. Car, l’intersyndicale de l’éducation FSPE/SLECG  reste campée sur ses réclamations.

Ces syndicalistes exigent au Gouvernement guinéen le maintien de la valeur du point d’indice à 1030 au lieu de 751, le maintien de tous les enseignants rétrogradés à leurs anciennes grades, le respect de l’ancienneté dans la nouvelle grille indiciaire, l’engagement de tous les homologués et contractuels de l’Etat à la fonction publique et l’édition des bulletins de paie avant le salaire.

Une position que les syndicalistes justifient par la réaction du président Alpha Condé. Qui en recevant les leaders syndicaux avant de s’envoler, aurait bien dit qu’il n’est pas question d’augmenter les salaires et que la grève ne lui fait pas peur. 

Nous y reviendrons

 

Mohamed Barry

224 624 39 57 84

barrymed21@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*