Conakry/Annulation du FIC 2018 : « C’est Alpha Condé qui a donné l’ordre aux responsables du palais du peuple de… » dixit A. Sanoh

0
238

Sauf changement de dernière minute, la Foire International de Conakry (FIC) ne se tiendra pas cette année sur l’esplanade du palais du peuple. La session des lois des finances en cours à l’assemblée nationale, nous dit-on, est la raison de cette annulation. Pour le président de la PCUD Abdourahamane Sanoh, ancien membre de la structure organisatrice, cette annulation aura des impacts économiques notoires sur la Guinée.

Sur cette menace qui pèse sur l’édition 2018 de la Foire International de Conakry, le président de la PCUD nous confie qu’effectivement il y a de quoi douter que la foire ne se tiennent à la date indiquée cette année.

Selon Abdourahamane Sanoh, « C’est le président de la République qui a donné l’ordre aux responsables du palais du peuple de ne pas rendre disponible l’esplanade dudit palais ». 

Ainsi, pour l’activiste, par cette décision, le président cherche à l’intimider, « je crois qu’il cherche à m’intimider ou me décourager. Cette foire est partie d’un mouvement de jeunes sans emplois qui se sont mis à travailler dans ce contexte difficile guinéen, pour pouvoir faire une autopromotion. Donc si la décision est prise, elle est prise contre ceux-là et non contre Abdourahamane Sanoh, parce que ça ne me concerne pas. C’est vraiment dommage que le président lui-même se met dans cette posture » déplore le président de la PCUD.

Poursuivant, Abdourahamane Sanoh en ce qui concerne la Foire International de Conakry, il rappelle qu’il s’agit là d’un patrimoine dont son annulation sera mal perçu par de nombreux guinéens.

 « Cette démarche c’est comme si on venait dans un quartier pour couper le générateur qui fournit l’électricité dans le quartier, parce qu’il y a quelqu’un dans ce quartier qu’on n’aime pas. Mais il se trouve malheureusement que cette personne s’est déplacée et je pense qu’ils sont passés à côté de la plaque. Cette foire est un patrimoine national qui rapporte beaucoup plus à l’économie nationale mais aussi aux femmes et jeunes qui sont dans des difficultés, des artisans éloignés qui viennent de partout à travers les villes guinéennes ».

D’ailleurs Abdourahamane Sanoh estime que le président Alpha Condé finira par comprendre qu’il est entrain de faire du mal à des milliers de jeunes guinéens.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*