Code électoral : Pourquoi faut-il désigner les chefs de quartiers et districts ? Bouréma Condé répond

0
928

Lors de l’assemblée Nationale qui a eu lieu à l’hémicycle, les députés ont voté à la majorité la modification du code électoral conformément aux accords obtenus le 12 octobre dernier. Le ministre de l’administration du territoire a tenté d’expliquer devant les élus du peuple pourquoi il faut désigner les chefs de quartiers et districts.
Selon le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, face à la complexité des quartiers et districts qui sont considérées des collectivités locales, les acteurs politiques présents au dialogue politique ont préféré réduire les élections locales à leur dimension communale notamment urbaine et rurale et à l’intérieur de celle-là faire des désignations dans les quartiers : « lorsqu’une commune est élue, ce sont les mêmes populations qui sont concernées par la désignation. On ne vient pas chercher ailleurs des conseillers d’une autre commune pour le choix. Tout est intégré à l’intérieur de la commune concernée » explique Bouréma Condé devant les élus du peuple.
Durant cette réforme, 153 articles sur les 536 de l’ancien code électoral ont été modifiés, 56 nouveaux articles ont été introduits. Pour toujours amender le choix de la désignation des quartiers et districts, le ministre donne des précisions : « l’article 3 du code des collectivités dispose que les quartiers et districts sont des sections, la constitution quant à elle en son article 134 dit, que l’organisation territoriale de la République est constituée par les circonscriptions territoriales et les collectivités locales. Dans cet ordre, les quartiers et les districts ne sont pas des collectivités locales, ils en sont des démembrements… » Soutien-t-il.
Enfin, le nouveau code électoral a pour objet de mettre en conformité les textes du code des collectivités locales avec les dispositions de la constitution, corriger les articles objets de contradictions juridiques et qui peuvent être sujets à des interprétations divergentes… conclu le ministre Bouréma Condé.

Hassatou Lamarana Bah
+224 623 125 203
kalenewsorg@gmai.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*