Cinq réponses à Mori Diané complice d’un complot contre un jeune entrepreneur guinéen

In Accueil, Société

Dans sa diatribe rythmée de haine et de mépris en réponse au leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) Mori Diané tire sur tout ce qui bouge. Une sortie médiatique qui semble anodine de Cellou Dalein s’est vite transformée en attaque personnelle contre Kassus Dioubaté, jeune entrepreneur et homme d’affaires guinéen pétri de talents et de moralité irréprochable.

Des attaques infondée et diffamatoire de Mori Diané qui mettent à nue devant l’opinion publique le visage machiavélique de cet investisseur de la 25ème heure. Le consortium des journalistes investigateurs qui suit ce dossier de près, apporte cinq réponses aux différentes invectives du dirigeant de la Guinéenne de l’énergie (GDE).

 

Kassus Dioubaté, véritable fondateur de K-Energie Guinée

Les Guinéens n’oublieront jamais des décennies d’obscurité dans laquelle ils étaient plongés à la tombée de chaque nuit. Un cycle cynique qui leur était bien familier. En 2015, conscient de la vétuste de la centrale thermique de Tombo, du manque de rendement des différents barrages hydroélectriques et de risque d’instabilité dans le pays à cause des manifestations contre le délestage, le gouvernement guinéen a fait appel à Kassus Dioubaté pour trouver une solution efficace contre ce problème chronique.

Depuis, M. Dioubaté a pris son bâton de pèlerin pour mener une expertise devant aboutir à une solution idoine. C’est dans ce cadre qu’il a lancé K-Energie dont il détenait 60% des parts d’actions. Il s’associe au Franco-tunisien Alexandre Zormati (40%) pour amener des turbines capables de produire de 75 MW pour un coût 51 millions de dollars. Des montants faramineux qu’il a contractés auprès de United Bank Africa (UBA). La suite, nous avions relaté, car, le jeune Dioubaté avait remboursé les prêts contractés et les intérêts y afférents.

Quelques jours avant l’inauguration, Power Systems, l’entreprise qui a confectionné les groupes avait fait un communiqué pour annoncer l’arrivée des turbines commandées avait-elle bien précisée par K-Energie de Miami Capital Holding Corporation. La fin de l’épisode vous le connaissez certainement: Kassus Dioubaté est extorqué des turbines qu’il a importées et éjecté de la direction de sa société. En complicité bien sûr de plusieurs compatriotes guinéens dont Mori Diané.

 

Diané et les traitres de K-Energie

Avant d’accomplir sa sale besogne, l’auteur malsain utilise toujours de collabo de intérieur. C’est le cas de l’épineuse affaire de K-Energie. Comme mentionné ci-haut, Kassus Dioubaté, véritable fondateur de K-Energie s’associe avec Sam Alexandre Zormati. Détenant des parts majoritaires, il mène à bon port le projet. Conakry est illuminée grâce aux turbines importées par M. Dioubaté. Jalousie, malhonnêteté et insatisfaction éternelle poussent Zormati à trahir son partenaire guinéen. C’est dans cet élan qu’entre dans l’affaire Mori Diané qui s’associe avec le Tunisien pour détourner le projet de son compatriote Kassus Dioubaté. Zormati utilise son homme de main, Michel Dubo, français et dirigeant de PM Environ. Ce dernier finira par devenir le principal instigateur et réalisateur du complot. C’est ce français qui paie les honoraires des avocats et verse à certains journalistes alimentaires pour rédiger des articles de presse calomnieux. C’est aussi lui qui était l’intermédiaire entre Sam Zormati et Mori Diané dans sa conquête des turbines de Coronthie. Kassus Dioubaté qui fait confiance à la justice dépose une plainte au Tribunal de première instance de Dixinn. Au commissariat central de Kaloum, un complice de Zormati l’avait dénoncé. Ce complice dans ce détournement avait juré de soutenir Kassus pour récupérer ses groupes.

 

Kassus Dioubaté a bien remporté des procès contre Zormati et Cie

Dans ses attaques, M. Diané justifie son accaparement des groupes par la perte des procès de Kassus Dioubaté. Faux! Quand la boulimie de gains l’a pris, Alexandre Zormati avait voulu à tout prix vendre un groupe de 25 MW. C’est dans le cadre que Kassus Dioubaté avait porté plainte au Tribunal de première instance de Kaloum. Après jugements, cette juridiction avait interdit la sortie de la turbine de la Guinée. Après la cour d’appel de Conakry, M. Dioubaté avait aussi porté l’affaire au Tribunal de grande instance de Dakar qui comme la juridiction de Kaloum a interdit aussi la sortie du groupe. C’est dire que Kassus Dioubaté n’a pas perdu des procès. A en croire nos informations, le dossier judiciaire est toujours traité aux Etats-Unis. Mori Diané se contredit régulièrement. Il donne des versions différentes vraisemblablement en fonction des circonstances. Ce qui montre le caractère obscur dans l’acquisition illégale de ces turbunes. Sur Guineematin en date du 20 avril, il écrit: « L’État a besoin que la centrale électrique installée à Coronthie continue à fournir de l’électricité. Il fait appel à l’homme d’affaires guinéo-américain Mori Diané pour un nouveau contrat. Kassus lui rend visite avec ses parents et lui présente l’affaire sous un faux jour. Il joue aussi sur l’affectif et le patriotique. Mori Diané hésite longtemps à signer avec l’État, il veut d’abord y voir clair. Servir son pays, oui, mais pas en expropriant un compatriote, pense-t-il. Il mène donc ses investigations. Auprès de l’État guinéen et des partenaires de K-Énergie, toutes les prétentions de Kassus s’avèrent sans fondement. D’ailleurs, il n’a pas fourni le moindre titre de propriété de la centrale ni excipé d’aucun contrat signé nommément par lui avec l’État ou le fournisseur de la centrale. Son nom ne figure sur aucun document. Il n’existe qu’à l’interne, un simple membre de la direction ». Et sur Africaguinee, dans un long texte, il donne une autre version: « Mori DIANE, est un homme d’affaire connu dans le monde. Sa société tient ses bureaux à Washington, à trois blocs de la maison blanche. Il est l’un des rares guinéens à décrocher des contrats avec l’Etat fédéral Américain. Malgré l’injustice que sa société Nanko Shipping a subie face à la multinationale Alcoa membre de la CBG, il ne coupera pas les ponts avec sa Guinée natale. Il nourrit de nombreuses ambitions pour la Guinée dans divers domaines. Cet homme bénéficie d’une grande respectabilité au sein de la communauté Guinéenne des Etats Unis et dans l’administration américaine. C’est à lui que l’Etat Guinéen fera appel pour la fourniture de l’électricité. Les groupes de K-Energie étaient à l’arrêt, le contrat avec l’Etat Guinéen ne tenait plus la route, les Propriétaires des turbines étaient sur le point de les faire sortir de la Guinée .C’est en ce moment que Mori Diané sera presque supplier de venir en aide à son pays. Il est de notoriété publique que Mori Diané, sur le plan financier se suffit, il a de quoi vivre et pour longtemps. Il acceptera malgré quelques réserves de s’engager à faire fonctionner ces turbines. Tout d’abord, il va s’assurer que les turbines en question ne font pas l’objet d’un quelconque litige. A cause de ces réserves, une commission à sa demande sera mise sur pied pour faire la lumière sur l’identité des propriétaires des turbines et la place qu’occupe Kassus Dioubaté dans le projet. La commission composée, se rendra en France à la rencontre du prince Qatarien qui exhibera les titres de propriété et le contrat de leasing de 2 ans signé avec K-Energie. Mori Diané, de bonne foi, après avoir écouté Kassus Dioubaté prendra contact avec le prince qatarien et Sam Alexandre ZORMATI en vue de plaider pour son compatriote. Malgré toutes ses bonnes intentions, il sera freiné dans son élan par le compte rendu des membres de la composition mise en place pour faire la lumière dans le dossier K-Energie. A partir de cet instant, Kassus Dioubaté jure de lui faire boire le calice jusqu’à la lie. Après avoir perdu tous ses procès contre Mori Diané, il s’engage alors dans une bataille médiatique de dénigrement, de délation, le tout arrosé à cout de billets de banques .Pourtant, Mori Diané a signé le contrat de leasing des turbines avec le vrai propriétaire sans même associer Sam Alexandre ZORMATI. Il ne s’agit pas d’un contrat entre la GDE de Mori Diané et K-Energie du franco-tunisien. La GDE a signé d’une part ce contrat de leasing avec Miami Group inc et Capital Group Corp, et d’autre part, avec l’Etat Guinéen. Cette reprise des turbines par la GDE a évité les délestages qui s’étaient accrus dans les quartiers de la capitale, et les soulèvements que cela auraient pu occasionner ». Que des versions données par celui qui se prétend aujourd’hui patriote.

Fervent soutien du Pr. Alpha Condé

En faisant une liaison entre Kassus Dioubaté et sa maman Fatoumata Diallo, députée sous la bannière de l’UFDG Mori Diané tentait de politiser l’affaire et de justifier son coup de force machiavélique pour récupérer les turbines. Ce qu’il fait semblant de ne pas connaître, Kassus Dioubaté est un sympathisant engagé du RPG arc-en-ciel et soutien inconditionnel aux actions du Président de la République. Les militants du RPG connaissent bien l’engagement de l’homme qui, en février, après le sacre du Président Alpha Condé à la tête de l’Union africaine (UA) a organisé une mobilisation grandiose pour son retour chaleureux à Kaloum. Il mobilise régulièrement des gros moyens financiers et matériels pour réunir les jeunes et les femmes autour des idéaux du Chef de l’Etat. Sans compter que lors de la dernière élection présidentielle 11 octobre 2015, Kassus Dioubaté a confectionné d’innombrables panneaux publicitaires en faveur du Président de la République. Des gigantesques panneaux érigés à l’hôtel Kaloum, plazza Diamond et à Coronthie, quartier qui abritait K-énergie

Dioubaté patriote Vs Diané l’opportuniste

Dans sa missive, Mori Diané reconnait lui-même avoir fait 40 ans à l’étranger dont une grande partie aux Etats-Unis. Il se vante aussi d’avoir investi dans le pays de l’Oncle Sam. La Guinée qui va bientôt fêter ses 59 ans d’indépendance n’a pas profité de l’investissement de M. Diané. Pourtant de la première république à la deuxième République jusqu’à nos jours, la famille Diané n’a pas été inquiétée. Alors qu’est-ce qu’il faisait aux Etats-Unis quand le Général Lansana Conté avait libéralisé l’économie et a appelé tous les Guinéens vivant à l’étranger de rentrer pour investir? Pourquoi pendant 26 ans de règne de Conté, il n’a investi aucun franc? Lui-même l’a dit, c’est à l’arrivée d’Alpha Condé surtout pour s’accaparer illégalement des turbines qu’il est rentré dans son pays natal. Contrairement à Diané, Kassus Dioubaté, jeune entrepreneur a depuis son adolescence investi au pays, créer des emplois et participer à la croissance économique du pays. Plazza Diamond et les groupes thermiques en sont des exemples palpables. Entre un vieux vicieux fuyard et un jeune patriote et entrepreneur, la différence est de taille.

Le collectif des journalistes investigateurs

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE