Cellou Dalein sur la confirmation de Mohamed Lamine Bangoura à la tête de la Cour Constitutionnelle : une forte réaction de l’opposition attendue

0
86

À l’issue d’une réunion à huit clos tenue ce jeudi 04 octobre 2018 au Quartier Général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) à Hamdallaye, Cellou Dalein Diallo sur la confirmation de Mohamed Lamine Bangoura en tant que président de la Cour Constitutionnelle. Le président de l’UFDG a qualifié de parjure cet acte du président Alpha Condé.
D’après Cellou Dalein Diallo, depuis le début de la crise à la Cour constitutionnelle, il s’est produit trois actes illégaux, dont ce décret présidentiel confirmant Monsieur Mohamed Lamine Bangoura en tant que président de la dite Cour.
« Il y a eu trois actes irréguliers, illégaux qui ont été posés, le premier acte, c’est la destitution du président de la Cour constitutionnelle, le deuxième acte, c’est l’élection d’un nouveau président, le troisième acte qui est plus grave, c’est le décret pris par le président de la République qui doit veiller sur le bon fonctionnement des institutions. Ce sont des actes illégaux, non conformes à la constitution, non conforme à la loi organique portant création, organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle », a déclaré le président de l’union des forces démocratiques de Guinée.
Rappelant ensuite les conditions de destitution du président de la Cour Constitutionnelle, il considère que le président déchu n’est justiciable que devant la Cour Suprême
« La loi a encadré la destitution du président de la Cour constitutionnelle, il peut être destitué mais la loi l’a bien encadré, il doit être destitué dans trois cas : pour incapacité physique ou mentale constatée par un collège de médecins assermentés, il peut être destitué pour parjure, crime ou délit, donc il n’est justiciable que devant la cour suprême, il n’est pas justiciable devant ses collègues. Seule la Cour suprême est compétente pour qualifier ses fautes et le juger », rappelle-t-il.
Pour le chef de file de l’opposition, cette confirmation du président de la Cour constitutionnelle met en danger le processus électoral
« Malgré tout, Monsieur Alpha condé trouve qu’il peut prendre un décret pour valider cette irrégularité, c’est un parjure parce qu’il a juré sur la Constitution de respecter et de faire respecter la constitution. Face à cette situation qui met en danger même le processus électoral, parce que la Cour constitutionnelle doit se prononcer aussi bien sur la constitutionnalité des lois que sur le contentieux électoral mais ce sont des gens inféodés qui exécutent aveuglement les instructions de l’exécutif. Comment voulez-vous que les partis politiques qui se battent pour participer aux débats et aux élections dans ce pays et fassent confiance à une telle Cour ? », a interrogé Cellou Dalein Diallo.
Considérant la République comme en danger, le chef de fille de l’opposition annonce une forte réaction de l’opposition contre ce qu’il considère comme une violation de la Constitution.

Alpha Mamadou Bobo Balde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*