Boké : Une ONG fait une enquête sur l’impact de l’exploitation de la bauxite sur l’environnement

0
44

La Guinée figure parmi les pays les plus grands exportateurs de la bauxite dans le monde. Cette exportation se fait principalement vers la Chine qui est le plus grand producteur d’aluminium à l’échelle mondiale. Cependant, cette action affecte l’environnement des zones exploitées. Dans le but de tirer des leçons sur l’impact de l’exploitation minière quand elle n’est pas contrôlée par l’Etat, l’ONG américaine Human Rights Watch en collaboration avec certaines ONG locales, a fait un rapport global pour interpeller le gouvernement guinéen à prendre des mesures idoines.
Ce document d’une centaine de pages est le fruit d’une enquête qui a duré dix mois dans la région de Boké et touchant une trentaine de communautés. Deux sociétés minières ont fait l’objet de cette enquête notamment, la Société de Bauxite de Guinée CBG et la Société de Minière de Boké.

En conférence de presse ce jeudi 4 octobre à Conakry, l’ONG accompagnée par ses partenaires locaux a donné des informations sur cette problématique.
Mariama Barry de l’ONG Action mine pour sa part, a touché la situation foncière et le genre dans cette enquête « les terre rurales sont organisées en droit coutumier, les riverains n’ont pas toute la documentation qui leur permette de protéger leur terre. Côté genre, la plus grande part de l’indemnisation pour les parcelles qui appartiennent à une famille ou à une communauté est versée aux hommes. Quand les sociétés reversent ces montants au niveau des communautés, ce sont les hommes qui utilisent cette somme et font la part des choses sans pour autant prendre en compte l’avis des femmes » explique-t-elle.

L’autre impact négatif qui touche la population de Boké, c’est l’accès à l’eau potable précise Mamady Koïvogui de l’ONG Mine Sans pauvreté « l’impact le plus général dans les localités couvertes par les projets, pour les uns les sources d’eau d’approvisionnement étaient exemptes de tarissement, juste avant le développement de ces projets miniers. Pour les autres les sources d’eau existent, mais l’eau qui s’y trouve n’est pas propre à l’utilisation habituelle, à cause soit de la pollution provoquée par l’émission de la poussière ou par effet érosif » indique-t-il.
A l’issu de cette enquête, l’Human Riht Watch invite le gouvernement à respecter les textes et lois régissant sur l’exploitation de la bauxite sur une terre « Des améliorations en terme de capacité soient ajoutées à une nouvelle politique, qui équilibre efficacement le besoin de faire et d’agir du secteur minier, avec les besoins de protéger les communautés à la base. De prendre des mesures pour protéger les communautés en procédant à un contrôle strict des sociétés minières» lance Jim Wormington chercheur à Human Rigth Watch.

L’accès à l’eau, à la santé, la perte des terres cultivables, l’impact de la pollution sur l’air, la question de l’emploi sont entre autres des problèmes liés à l’exploitation minière dans ces communautés. L’ONG envisage d’étendre une série d’enquête à Boffa pour les prochaines années.

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*