Bac 2018 : L’examen de toutes les anarchies en Guinée

0
653

Jamais un examen national n’a été aussi mal préparé en Guinée comme le baccalauréat unique, session 2018. Le nouveau système mis en place révèle beaucoup d’anomalies qui ont eu des répercussions négatives sur le déroulement des épreuves le mercredi, 27 juin dans beaucoup de centres :

1. La toute première difficulté du BAC 2018 est liée à la prise des photos des candidats organisée par les DCE en pleine grève du SLECG. Le seul calcul des autorités éducatives à l’époque étaient de faire échouer le mouvement. Malheureusement, beaucoup de parents d’élèves n’ont pas daigné libérer leurs enfants ;
2. Autre difficulté, la distribution des cartes ‘’Spécial Examen’’. Cette année, les DCE  ont envoyé ces cartes dans les centres d’examen où des chefs d’établissement étaient contraints d’aller chercher pour leurs candidatsafin de cacheter, signer et redistribuer. Pire, les centres sont tellement morcelés  qu’une seule école peut voir repartis ses candidats entre 20 à 30 centres d’examen. Il ya des cas où un établissement n’a que 2 à 3 candidatsdans un centre, à proximité  2 à 5 autres candidats ;
3. A la DCE de Ratoma, des candidats sont restés jusqu’à 23h, la veille du lancement des épreuves, pour la prise des photos Spécial Examen. Conséquence  de cette préparation hâtive, des mélanges de cartes sont constatés dans la plus part des centres d’examen. On retrouve çà et là des photos des filles sur les cartes des garçons. Une situation contre laquelle le chef de centre du groupe scolaire Fella à Kobayah dans la commune de Ratoma, s’est érigé en bloquant un bon nombre de candidats pendant près de 45 minutes après le lancement des premières épreuves ce mardi;
4.  Nombreux sont encore des centres d’examen où la plupart des candidats composent sans identité soit par manque de cartes d’examen, soit par manque de photos sur les cartes. Ce qui ouvre un boulevard pour la fraude avec des substitutions de candidats. Un exemple concret, un jeune a pris le risque de composer à la place de sa sœur au BEPC au centre Lycée Coléah. Au bac c’est pire.

LINCOLN 624901737

   

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*