Assemblée générale du RPG arc-en-ciel : Les responsables remontés contre les syndicalistes

0
271

Ce samedi 14 juillet 2018 à l’assemblée générale du RPG arc-en-ciel, la grève des syndicats et de la société civile contre l’augmentation du prix du litre du carburant à la pompe ont été les points essentiels de l’ordre du jour. Les ministres du budget et de la culture et l’honorable Mohamed Lamine Kamissoko n’ont pas manqué d’assener à tour de rôle  les propriétaires du prix du litre du carburant à 10.000 francs. Alors qu’Ismaël Dioubaté a déclaré que la Guinée a perdu en six mois sur le carburant 765 milliards de franc guinéen. Les autres quant à eux, ont accusé les syndicalistes d’être animés d’esprit d’intérêt personnel et non celui du peuple.

Selon Ismaël Dioubaté, le ministre du budget  le coût mondial des matières premières augmente à chaque minute. Notamment le carburant qui, bien qu’il n’est pas produit en Guinée est subventionné par l’État guinéen.

« Pourquoi on a augmenté le carburant ? Quand vous prenez le litre du carburant, nous sommes a huit milles en Guinée, d’abord que ça soit l’or, que ça soit le carburant ou autre matériel… Ce n’est pas fabriquer en Guinée. Ce n’est pas nous qui fixons le prix. Tous les jours que Dieu fait, minute par minute, heure par heure, le cours mondial des matières première augmente . Rien que pour les six mois, la Guinée a perdu sur le carburant 765 milliards de franc guinéen et on subventionne tout dans ce pays(…) l’électricité en subventionnée c’est gratuit. Ce qui fait que nous on sort nos devise pour enrichir les autres pays et ça n’a aucun effet bénéfique pour la Guinée. Qu’est ce qui arrive, si ces recettes ne rentrent pas, qu’est ce que l’État fait, on coupe les dépenses. On va dire puisqu’on n’a pas de recette, on ne fait pas telle route, on ne fait pas telle école etc », dit-il en ajoutant que la Guinée ne peut continuer de perdre des devises alors le carburant guinéen est vendu à vil prix dans la sous-région.

Considérant que l’augmentation du prix des produits pétroliers à 25% est la cause de ces remous sociaux dans le pays, l’honorable Mohamed Lamine Kamissoko estime que tout doit se discuter sur la table de dialogue.  n’a pas manqué de tirer a boulet rouge sur les syndicalistes

« Lorsqu’un syndicat boude la table de négociation pour quelque raison que ce soit, cela veut dire que ce syndicat n’a pas d’argument(…) Ce qu’on fait comprendre à la population, c’est faux ! Lorsque le syndicat dit que lui il manifeste pour défendre l’intérêt de la population ce n’est pas vrai », dénonce le député.

Sanoussy Batama Sow, ministre de la Culture des Sports et du Patrimoine Historique, lui, a plutôt appelé les acteurs sociaux à se ressaisir.

« Si les gens veulent grever parce qu’ils ne veulent pas acheter le litre du carburant à 10.000 francs, mais d’autres achètent à 25.000 francs. Donc je demande a tout le monde de se ressaisir, pour mettre l’intérêt de ce pays en avant(…) Nous sommes entrain d’entendre qu’il ya eu des réunions par-ci par-là, que les gens veulent bloquer l’aéroport, ils veulent envahir l’aéroport, ils veulent organiser des marches pacifiques NON. Nous leurs demandons encore une fois de plus de se ressaisir, la Guinée d’abord », a insisté le ministre avant de lancer ce message aux syndicalistes.

« À mes frères syndicalistes de mettre l’intérêt du pays en avant, la société civile aussi, même si certains parmi eux voulaient être des ministres ou des directeurs généraux, ils n’ont pas eu. Nous nous connaissons très bien. Il faudrait que les gens évitent d’utiliser le peuple en disant que nous nous battons pour le peuple tandis qu’ils se battent pour leurs propres intérêts. Nos amis de l’autre côté, qui sont entrain d’organiser des réunions pour dire qu’ils vont perturber la nation qu’ils veulent perturbés la gouvernance de Kassory Fofana, mais je vais vous dire Kassory est une chance pour nous. Je ne fais pas la propagande . Tout le monde sait que Bantama n’est pas démagogue. J’ai pratiqué trois premiers ministres et Kassory est le troisième. Si on avait eu Kassory en 2010, on ne serait pas là aujourd’hui », a soutenu le ministre Sanoussy Bantama Sow.

kalenews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*