Albert Damantang sur la menace d’Aboubacar Soumah : « Qu’il cherche un autre prétexte pas le gouvernement »

0
248

 « La responsabilité du gouvernement  ce n’est pas de décider qui est légitime ou pas. Mais plutôt, c’est de leur demander de se mettre d’accord autour de la table ». C’est la réaction d’Albert Damantang, ministre en charge du travail, face aux propos d’Aboubacar Soumah, qui l’accuse de vouloir l’abattre en encourageant une autre fronde au sein  du SLECG.

D’entrée, Albert Damantang, indique que le BIT (Bureau International du Travail), interdit au gouvernement de s’immiscer dans les actions syndicales avant de préciser  : « Tant que les syndicats s’entendent entre eux, il n’y a aucun problème. Mais dès l’instant qu’il y a des dissensions, c’est là où il faut pouvoir faire preuve de responsabilité. Et la responsabilité du gouvernement, ce n’est pas de décider qui est légitime ou pas, c’est de leur demander de se mettre d’accord autour de la table. Si vous n’y arrivez pas, on vous renvoie devant le tribunal du travail. Donc, peut être que monsieur Soumah souhaite que je le reconnaisse et que j’interdise à un autre syndicat de se réunir au nom du SLECG. Je n’ai pas ce pouvoir » a fait savoir le ministre en charge du Travail chez nos confrères de Mosaiqueguinee.com.

« Aboubacar Soumah et Sy Savané sont des personnes majeures qui sont dans la lutte syndicale bien avant que nous n’arrivions aux affaires. C’est à eux de prendre leur responsabilité. On n’a pas à encourager l’un ou l’autre. Je ne vois pas dans mon comportement ou dans ce que je dis, en quoi  j’encourage une section syndicale ».

Sur la nouvelle menace de grève du SLECG dirigé par Aboubacar Soumah,  et qui d’ailleurs l’accuse d’immixtion dans les affaires syndicales. Albert Damantang, déclare : « Ça n’a plus lieu d’être. Quand quelqu’un veut aller en grève à tout prix, il ira à tout prix, mais si c’est pour utiliser le gouvernement comme prétexte, qu’il cherche un autre prétexte,  mais pas nous ».

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*