Affaire Moussa Yéro Bah : La journaliste condamnée au paiement de 25 millions Gnf pour dommage et intérêt

0
148

Le verdict est tombé, la journaliste Moussa Yéro Bah a été condamnée ce jeudi 3 janvier 2019, par le tribunal de Première Instance de Dixinn au paiement de la somme de 1 millions à titre d’amande pour le tribunal et de 25 millions pour dommage et intérêt pour l’oncle de Diaraye Bah.

Satisfaite de cette décision de justice, la partie civile estime que cette décision pourra à moitié soulager la souffrance de son client et sa famille dont l’honneur et la considération, dit-elle, ont été jeté à pâture.   

« La campagne de diffamation à outrance dirigée par dame Moussa Yéro Bah contre mon client et sa famille vient d’être sanctionner à travers la décision sur l’action publique. Nous saluons cette sanction de principe et nous estimons qu’elle pourra à moitié soulager la souffrance de mon client et sa famille dont l’honneur et la considération ont été jeté à pâture à le verdict populaire par une campagne à outrance de diffamation » a exprimé Maitre Pépé Antoine Lamah.

Poursuivant, l’avocat de la partie civile, souligne qu’au-delàs de Moussa Yéro Bah cette décision doit interpeller tout le monde afin de se garder de proférer des allégations contre des citoyens sans avoir la moindre preuve.

« Au-delàs de Moussa Yéro Héro Bah, cette décision doit interpeller  tout le monde, journalistes ou non journalistes. Il faut désormais se garder de proférer des allégations ou d’imputer des faites à des citoyens sans avoir la moindre épreuve. Aujourd’hui la justice a donné le ton et nous restons encore sous nos gardes, toutes personnes qui se permettra de faire comme Moussa Yéro Bah à l’égard de M. Mamadou Oury Bah se retrouvera encore ici pour être juger conformément à la loi » prévient Maitre Lamah.

Indigné face à cette décision de justice, la défense quand elle compte interjeter l’appel car, elle estime que le tribunal n’a pas dit le droit. « Toute mon indignation par rapport à cette condamnation parce qu’il n’a pas été établit à l’encontre de Mme Moussa Yéro Bah qu’elle s’est rendue coupable de diffamation. Et nous allons nous retrouver avec notre cliente et je vous informe que les jours qui suivent avant l’expiration du délai d’appel nous allons déposer une lettre d’appel parce que nous estimons que le tribunal a fait une mauvaise appréciation des faites pour aboutir à la condamnation de Mme Moussa Yéro Bah des faits qu’elle n’a pas commis » nous a indiqué un avocat du collectif de la défense.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*