Affaire Aboubacar Sidiki Mara : Les avocats du syndicaliste sollicitent l’aide de leur corporation devant l’immixion du Chef de l’Etat

0
109

Suite à un mémorandum adressé au bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée, les avocats du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara ont rencontré ce mardi 26 juin 2018 Me Mohamed Traoré, dans le but de solliciter l’aide de leur corporation. Aboubacar Sidiki Mara est toujours détenu malgré l’ordonnance de mise en liberté immédiate de la deuxième chambre de contrôle. Le bâtonnier accuse le chef de l’État d’avoir violé son serment.

Pour Me Mohamed Traoré, il est tout à fait normal que les avocats d’Aboubacar Sidiki Mara demandent l’aide de leur corporation. « Lorsqu’un avocat défend un dossier et qu’il s’aperçoit que dans la défense de son dossier il y a certains obstacles, il y a certaines difficultés qui dépassent ses possibilités, en tant que professionnel,  et des difficultés qui peuvent intéresser l’ensemble de la profession, il y a des raisons pour lui de s’adresser à sa corporation afin que la corporation vienne à ses côtés pour défendre certains principes qui sont essentiels non seulement à l’exercice de la profession mais certains principes liés à l’État de droit de façon générale » explique t-il.

Aboubacar Sidiki Mara est retenu toujours en prison alors que la deuxième chambre de contrôle a ordonné sa mise en liberté immédiate. Le bâtonnier estime que le citoyen victime d’injustice n’a d’autre recours que la justice elle-même: «Lorsqu’une décision de justice est rendue, elle doit être mise à exécution. Si aujourd’hui les juridictions peuvent rendre une décision de justice en faveur d’un citoyen, aussi petit, aussi ordinaire soit-il, et que cette décision ne peut pas être mise à  exécution parce que simplement en face il y’a un pouvoir qui s’oppose, c’est un danger pour tous les citoyens. En lisant le dossier, je me rends compte qu’en réalité ce monsieur là ne doit même pas  etre mis en détention provisoire parce que le code de procédure pénale dit dans une de ses dispositions que lorsque la peine encourrue de la personne poursuivie n’atteint pas trois ans, cette personne ne doit pas être mise en détention provisoire. Il y a eu une violation de la loi à ce niveau. La deuxième chambre de contrôle s’étant rendue compte des vices qu’il y a eu tout au long de cette affaire là, a pris son courage à deux mains malgré le fait que c’est un dossier du président de la république et a ordonné la mise en liberté immédiate de monsieur Mara. Jusqu’à ce jour cette    décision n’est pas exécutée ».

 

Poursuivant, Me Traoré ajoute : « Lorsque vous voyez le serment du président de la République, l’un des engagements qu’il prend c’est non seulement de respecter et de faire respecter la loi,  d’assurer  l’exécution des décisions de justice. Alors la question qui se pose, c’est est-ce que des magistrats vont fuir leur responsabilités?  Est-ce que des magistrats vont accepter de fermer les yeux sur les violations de la loi parce qu’on dit simplement que c’est un dossier encore une fois auquel  le      Président de la République s’intéresse ? Si cela était une réalité, c’est un danger pour tout les citoyens surtout qu’il s’agit en ce qui concerne Aboubacar Sidiki Mara de l’exercice d’une liberté qui est la liberté syndicale ».

Alpha Mamadou Bobo Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*