Affaire Aboubacar Sidiki Mara : le verdict sera rendu le 28 juin prochain

0
218

Ce jeudi 21 juin 2018 s’est ouvert au tribunal de dixinn, le procès du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara. Arrêté dans la nuit du 5 au 6 mai dernier à 3 heures du matin, il est poursuivi pour attroupement illicite et trouble de l’ordre public. Ses avocats du détenu qui y voient une ingérence du chef de l’État , dénoncent une violation des droits de l’homme.

Pour Me Paul Yomba Kourouma son avocat, cette détention où l’accusation est encore à son point zéro est orchestrée par le Président Alpha Condé « Nous avons insisté sur l’insistance, la persistance et la résistance du professeur Alpha Condé et du procureur de la République dans la détention, la retention de Aboubacar Sidiki Mara dans les geôles de la maison centrale de Coronthie et malgré les ordonnances de mise en liberté provisoire confortées par l’arrêt de la chambre d’instruction qui ont successivement ordonné la mise immédiate du syndicaliste arrêté en pleine sommeil alors qu’il était régulièrement parti à Boké dans le cadre de la syndicalisation. S’étant même adressé à toutes les autorités qui ont émargé son ordre de mission et l’ont renvoyé dans l’exercice de ses fonctions, avec lesquelles (autorités NDLR) il a tissé des rapports loyaux, filiaux, francs, sincères jusqu’à son coucher, avec lesquelles il a célébré les festivités du 1er mai. Les discours successivement tenus, nous ne savons vraiment à quelle période est intervenue une telle infraction ? » s’interroge t’il.

« L’attroupement étant un délit fragrant et qui ne peut être imputé lorsqu’il y a eu sommation de l’autorité adminidtrative, ceci n’ayant jamais eu lieu, monsieur Mara n’ayant tenu ses réunions que dans l’enceinte de l’hôtel et que s’il devait avoir des désagrements et un plaignant, ce devait être le directeur de l’institution de l’hôtel. Mais les ordres sont venus de Conakry, du professeur Alpha Condé comme vous l’entendez persister toujours dans la sauvegarde et la sécurisation de Boké au détriment peut être des autres villes. Si toutes les villes étaient sécurisées telles qu’il ( le Président NDLR ) le veut de Boké, je crois que le taux d’infraction aurait considérablement réduit » poursuit l’avocat.
Au moment de ses réquisitions le ministère public a demandé que le détenu soit condamné à six mois d’emprisonnement avec une amende d’un million de francs guinéens. Me Paul Yomba Kourouma y voit une violation de la loi
« il demande même la combinaison de ces deux peines alors que la loi dit soit six mois de prison ou l’amende. Mais on ne peut prétendre aboutir à une telle condamnation que si à l’audience on a pu confondre le prevenu, ce qui n’a pas été le cas, donc il vit dans l’amaginaire, dans la fiction et il a fini d’ailleurs par plaider, par supplier le président alors que cette tribune n’est pas un centre de mendicité. C’est la persuasion, la conviction, c’est la force de l’argument et non l’argument de la force ou la pitié ou tout autre considération de quelque nature que ce soit » soutient-il.

L’affaire a été mise en délibéré et le jugement est attendu pour le 28 juin prochain pour le verdict du tribunal.

Alpha Mamadou Bobo Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*