1ère édition ‘’Conakry film festival’’ : Les acteurs passent sous scanneur le cinéma guinéen

0
148

Les activités de la première édition du Festival International de la Critique Cinématographique de Guinée ont été officiellement lancées ce mercredi 10 octobre 2018 au musée national de Sandervalia. Placée sous la houlette de l’Association Guinéenne des Critiques de Cinéma, l’initiative vise à porter un regard critique sur l’évolution actuelle du cinéma afin de redorer l’image du secteur sur la scène africaine et internationale.

Pour cette première, le festival international de la critique cinématographique va connaître des panels pour stimuler le développement de la culture guinéenne. Prenant la parole à cette occasion, Fatoumata Sagnane, présidente de l’AGCC, invite les autorités centrales et les artistes du pays à accompagner le département en charge de la culture pour le développement du cinéma guinéen. «Nous invitons notre gouvernement à mettre à la disposition de notre ministère de tutelle, beaucoup plus de moyens afin que les bailleurs croient en nous et puissent nous accompagner dans nos entreprises culturelles et cinématographiques. J’invite les artistes de Guinée à devenir une force de proposition, à bien se structurer, à travailler sur le long terme et à se prendre au sérieux pour que les autres nous prennent au sérieux ».

Satisfaite de l’initiative, Mariama Camara, la directrice de l’Office national de cinéma de Guinée (ONACIG) déclare : «Je suis très heureuse parce qu’un festival de critique de cinéma, ce n’est pas donné à tout le monde. La critique de cinéma même, c’est pour vraiment améliorer nos productions. Un festival de critique de cinéma pour nos productions, ça veut dire que tout simplement pour la qualité».

Président la cérémonie d’ouverture, Bandian Traoré, conseiller culturel du ministère de la culture, procédant à l’ouverture officielle du festival, rappelle que la Guinée a occupé toutes les scènes du monde en termes de production cinématographique et dans toute la qualité requise. Aujourd’hui, force est de reconnaître que le cinéma bat de l’aile. Ainsi donc pour lui, « le défi est très grand, il faut le relever », a-t-il conseillé.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*